sophie pierson sophrologue à cabriès.j

« La fleur de l’oiseau de paradis est un symbole de liberté, comme un oiseau libre dans les airs.

Cette belle fleur nous rappelle de laisser aller nos soucis et nous lancer dans une nouvelle aventure. »

Comme nous pouvons le constater, les bienfaits de la Sophrologie sont nombreux, le nombre de Sophrologues dans le secteur d’Aix en Provence et de Calas-Cabriès également.

Tous ces bienfaits sont tentants mais comment faire pour choisir son Sophrologue ?

Il s’agit de confier son corps et son mental à un inconnu, ceci n’est pas anodin…

Pour cela, la relation dite l’alliance thérapeutique entre vous et le Sophrologue est de toute importance.

Alors voici quelques indications :

Sa formation

 

Le praticien aura dû suivre au minimum 350 heures de formation étalées sur 2 ans en présentiel. Une formation suivie par correspondance ne permet pas au futur praticien d’intégrer lui-même la méthodologie. Il est donc essentiel de s’intéresser à son cursus et à sa certification. Il existe plusieurs organismes de formation à la Sophrologie en France. Tous respectent un enseignement commun de techniques créées dans les années 1960 par le neuropsychiatre Alfonso Caycedo.

 

 

L’appartenance à une instance

À ce titre la Chambre Syndicale de la Sophrologie accepte parmi ces membres des Sophrologues ayant suivi un cursus dans un centre de formation dispensant un titre RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles) car c’est une garantie que le processus pédagogique suivi lui confère un certain niveau de qualification, la Chambre Syndicale de la Sophrologie demande à ses membres de respecter un Code de Déontologie spécifique. Les Sophrologues membres, sont amenés à respecter des règles éthiques et déontologique dans le cadre de leur profession.

D’autres instances : Le Syndicat des sophrologues professionnels, Le Syndicat des sophrologues indépendants, La Fédération Française de Sophrologie

L’existence juridique

 

Dans la plupart des cas, les Sophrologues exercent leur profession soit en libéral, soit sous la forme de l’auto-entreprise, parfois en tant qu’association notamment pour les cours collectifs. Quoi qu’il en soit, votre praticien doit pouvoir fournir un numéro SIRET et être en mesure d’établir une facture, notamment si votre mutuelle rembourse les séances de Sophrologie ce qui est de plus en plus courant (source : site internet Sophrolia). Il possède également une Responsabilité Civile Professionnelle ainsi qu’une adhésion à une entité de Médiation à la Consommation en cas de litige.

 

 

Le bouche à oreille

 

Le bouche-à-oreille peut être une excellente source d’information pour définir le choix de son Sophrologue. Lorsque l’on cherche un Sophrologue, on peut se référer aux conseils d’un proche ou aux recommandations d’un professionnel. Une fois le Sophrologue trouvé, il est important de prendre contact avec lui pour échanger et lui poser toutes les questions qui vous semblent importantes. Cela vous permettra aussi de mesurer la qualité du premier contact. Enfin, il ne faut pas hésiter à changer de professionnel, même en cours d’accompagnement, lorsque le besoin se fait ressentir

 

(source : site internet Chambre Syndicale de la Sophrologie).


 

Premier contact téléphonique

 

La voix du Sophrologue est l’outil principal qu’il a pour vous accompagner lors de vos séances, il est essentiel qu’elle vous soit agréable.


Fiez-vous à votre ressenti et votre intuition :

- Comment vous sentez-vous face à ce Sophrologue ?

- Pensez-vous qu’il vous pose les bonnes questions ?

- Vous donne-t-il toutes les explications dont vous avez besoin ?

- Vous sentez-vous en confiance ?

 

Ce sont les réponses à ces questions qui vous indiqueront en premier lieu si ce praticien est le bon praticien pour vous.

Un bon accompagnement repose en grande partie sur l’alliance entre vous et votre Sophrologue et cette alliance ne peut exister sans une totale confiance.

 

Vous inspire t’il bienveillance, confiance, neutralité et non jugement ?

Logo chambre syndicale de la sophrologie.jpeg

Enfin, un Sophrologue ne vous imposera jamais rien, il vous accompagnera à votre rythme, vous guidera en toute humilité vers l’émergence de vos potentiels, de vos désirs et de vos projets, sans prétendre savoir mieux que vous (ce qui est bon pour vous).

Je suis membre adhérente de la Chambre Syndicale de la Sophrologie et suis très attachée à l’application du Code de Déontologie ainsi qu’au respect du secret professionnel.

« Le métier de sophrologue impose aux professionnels en exercice de tenir une ligne de conduite très précise. C’est ce que l’on appelle la posture thérapeutique du sophrologue. Cette posture professionnelle lui dicte de quelle façon il doit se positionner face aux personnes qui font appel à ses services (clients, prospects ou prestataires).

Plus particulièrement, elle lui indique quelle attitude adopter en séance ainsi que les limites à ne pas franchir pour respecter le cadre d’exercice du métier. Le sophrologue devra notamment faire preuve de tolérance, de respect, de patience, ou encore conserver une distance physique non-intrusive.

Le sophrologue sera également amené à se questionner régulièrement sur sa pratique, à faire preuve d’humilité et à se détacher du désir de contrôle quant à l’évolution des personnes qu’il accompagne. »

Source : Site internet Chambre Syndicale de la Sophrologie